JPG - 48.5 ko

Les "Apna Skools" de Kanpur

Depuis 2008 Mala finance les "Apna Skools" en partenariat avec l’ong indienne "Jagriti Bal Vikas Samiti". L’aide comprend : repas complet journalier aux 600 enfants, complément de salaire aux institutrices et assistants sociaux, prise en charge des cas scolaires spéciaux, soins de santé, fourniture de matériel et d’uniformes scolaires.

Contexte culturel

Depuis de nombreuses générations, une région à proximité de la ville de Kanpur (Uttar Pradesh) est spécialisée dans la fabrication des briques. Celles-ci sont cuites sous terre selon une technique particulière. Les briqueteries à ciel ouvert sont situées dans de vastes propriétés privées sous contrôle total des managers ou « contractors ». Ce travail ne peut s’effectuer que pendant les 5 ou 6 mois secs de l’année. Les conditions sont pénibles : à la chaleur intense de la plaine du Gange s’ajoute celle de fournaise des briqueteries, toute la région est hautement polluée, la poussière de charbon de bois est omniprésente et cause de graves dommages aux poumons, spécialement aux jeunes enfants, les logements sont rudimentaires. Bien souvent il n’y a ni eau courante ni électricité.

Les travailleurs immigrés viennent des Etats voisins du Bihar, du Jharkhand, du Madhya Pradesh , et même d’autres plus éloignés comme le Bengale ou l’Assam. Ces saisonniers (« migrant workers ») illettrés, sous payés, endettés, craintifs, vivent en totale dépendance de leurs « maîtres ». Lorsqu’ils rentrent au pays après la saison des briques, d’autres contractors les emploient là-bas comme manœuvres dans la construction. Ils ne peuvent échapper au système sous peine de vengeances cruelles envers leurs familles. Les enfants de ces travailleurs vivent en grande insécurité et les déplacements continuels de leurs parents non seulement les privent de toute instruction mais les forcent à travailler dès leur plus jeune âge. La pression des patrons est forte pour conserver cette main d’oeuvre enfantine gratuite. Il est difficile de comprendre comment une telle situation est encore possible dans l’Inde moderne mais c’est hélas la triste réalité.

Depuis les années 80, Madame Vijaya a patiemment ouvert 24 écoles primaires appelées "Apna Skools" (Hindi phonétique).

La plupart de ces écoles d’une seule pièce sont situées sur les chantiers parmi les briques. Chacune accueille 20-25 élèves et le programme scolaire est comprimé sur 5 mois d’instruction.

Sous-rubriques

  • Actualités

    Actualités du projet... Toutes les autres news