Accueil du site - Projets humanitaires - Septembre-octobre 2011 : 21 Membres Mala en immersion dans les projets, un voyage exceptionnel - Chapitre 10 : Kanpur 9 octobre 2011, inauguration de la nouvelle Apna Ghar (« notre maison »)

C’est le dernier jour du voyage, et comme hier les Membres Mala sont répartis dans quatre voitures, aucun bus ne pourrait passer par les chemins et sentiers de leurs visites à Kanpur.

Le rendez-vous du matin c’est à « Apna Ghar », la maison baptisée ainsi par nos douze jeunes amis, nos pionniers du vaste projet « Ek Kadam ». Et c’est bien elle, cette petite entité de rien du tout, ce David insignifiant, qui depuis six ans s’entête à le faire germer, le projet Ek Kadam.

Mais dans cette lutte contre l’asservissement nos éclaireurs du front ne sont pas seuls. Le groupe indien « Asha for Education » est l’initiateur du plan de résistance, il est influent dans la région et l’ensemble du financement est assuré par la Mala India Foundation, son partenaire indo-belge...

Aujourd’hui on va célébrer ensemble la deuxième étape : après la difficile acquisition du terrain, la bénédiction de la terre, la pose de la première pierre (articles du site) c’est l’inauguration symbolique du bâtiment. Maintenant c’est sûr, c’est aujourd’hui que la petite apna ghar deviendra grande ! Et ils sont fiers, nos pionniers ! Ils l’ont attendue avec patience et confiance, cette « New Apna Ghar », et maintenant ils vont pouvoir nous la montrer !

Ce matin donc on visite ce qui sera bientôt leur ancienne maison, leur premier nid. C’est petit mais propret et parfaitement rangé, organisé. L’accueil est touchant. Ils montrent tout, leurs coffres, leurs sacs, leur computer, leurs affiches, leur tableau des services, leur terrasse, leur cuisine, leur potager sec à cette saison. On boit du thé, on mange quelques snacks. On pose pour les dernières photos de famille avant de se retrouver à la nouvelle Apna Ghar après-midi…

En fin de matinée le groupe Mala est attendu à la IIT, Indian Institute of Technology. Le Pr Deepak Gupta est un des trois fondateurs de Asha, c’est lui qui dirige le meeting. Outre Mala, de nombreux bénévoles de Asha participent à la discussion, de même que des assistants sociaux, des enseignants. C’est le moment de faire le point sur le projet Ek Kadam en développement. Malheureusement Vijaya Didi souffrante n’a pas pu nous rejoindre mais elle participe au débat via skype, sur un écran mural.

Malgré les nombreuses interrogations quant au futur, l’optimisme a pris le dessus, dans ce projet à risques : on ne parle plus en termes de faisabilité mais en termes de timing. On le sent bien, malgré la résistance des briquetiers et l’ignorance apeurée des travailleurs, la poussée est devenue irrésistible, ce n’est plus qu’une question de temps. La donne va changer. Voyons voir cela cet après-midi.

Il est 16 heures. Les voitures s’arrêtent en plein champ. Sur les sentiers, des colonnes de visiteurs, d’invités, de joyeux élèves des Apna Skools proches, de parents aussi. Tous se dirigent vers le point de rassemblement, la nouvelle Apna Ghar en construction. Il fait bon, tout est paisible, on se sent bien. Ce serait parfait s’il n’y avait en toile de fond cette étrange sentinelle, cette cheminée de briqueterie qui semble observer la scène. De loin. Qui rappelle du haut de sa grandeur que l’ambiance ne sera pas que bucolique, ici. Qu’il va falloir composer avec elle…

Mahesh est un organisateur né. Tout a été pensé. Les panneaux d’accueil, un parc de chaises sous une shamiana, la plaque commémorative encore drapée.

Le brahmane Sukhlaji on le connaît bien, on l’a vu dans les articles précédents, il est le coordinateur des Apna Skools et c’est lui qui dirige la « puja », la cérémonie religieuse. Plusieurs Membres Mala participent activement aux différents rites. Anne Lemaire assiste le brahmane et adresse avec lui les différentes incantations en sanskrit. Un autre brahmane de la région observe attentivement le déroulement de la prière. Son âge et son expérience le laissent peut-être songeur quant au futur du projet ?

Après la puja des fruits sont distribués aux participants puis tous se regroupent autour de la plaque de marbre que Thierry Marteau dévoile sous les applaudissements. Jay Apna Ghar ! Vive Notre Maison ! De maison il n’y a encore que la structure de la première partie, mais les fondations, les tracés et les ébauches de colonnes de béton montrent l’ampleur future de la construction… Impressionnant ! Bien sûr on est encore loin du troisième et dernier pas, celui qui marquera l’inauguration finale, mais cela n’a pas d’importance, on voit bien que la machine est lancée. D’ailleurs, vous l’aurez remarqué, une école provisoire est déjà construite qui accueille dès à présent les élèves des trois Apna Skools les plus proches de même que les enfants des ouvriers du chantier… !

Qu’est-ce qu’il est long, ce mur du fond ! Sur toute sa longueur une série de trous ont été creusés et chaque Membre Mala, chaque jeune pionnier et Membre Asha y plante un arbrisseau. Il y en a de toutes les sortes, des neem trees, des goyaviers, des tamariniers, des manguiers, etc. etc. Et chacun y va de son seau d’eau, …que de bons augures pour le futur !

La soirée se termine en spectacles préparés par les enfants. Mais au fur et à mesure de la tombée du jour, insensiblement et Dieu sait pourquoi, la musique a augmenté de volume, d’intensité, et ce qui s’en suivit échappe à la description. Une sorte de fièvre agréable s’est emparée de l’assistance, le DJ s’est pris au jeu, le rythme a monté, monté. Puis sur l’initiative de l’un ou l’autre qui prit des enfants par la main, tout d’un coup l’ensemble de l’assistance s’est embrasé, l’estrade chancelante s’est vue envahie et tout, mais alors tout qui vivait sous la shamiana s’est mis à danser, à danser, à danser… Une sorte de gigantesque défoulement collectif, une soupape de sécurité qui lâche, Mala qui pleurait et qui riait dans le débordement de sa tension affective accumulée pendant tout le voyage.

Il faisait noir quand le calme est revenu. Dans cette obscurité on ne distinguait même plus la silhouette de la sentinelle, mais elle, nous voyait-elle ? Jay jay, Apna Ghar ! Longue vie, Apna Ghar ! En prenant son temps tout le monde s’est dit au revoir. Les enfants et les autres de Asha sont retournés vers leurs chaumières, et les Membres Mala ont rejoint leurs voitures. Pour eux c’était vraiment la fin du voyage. L’Aventure Mala ils l’avaient vécue.


Les vidéos


Les diaporamas

FIN du voyage pour les 21 membres Mala