Saris, couvre-lits simples ou matelassés, nappes, sets de table, saris, coussins, poufs du Rajasthan, tapis de coton et de soie, tissus décoratifs muraux peints ou patchwork, batiks, gamme complète de rideaux Anokhi.

Les tapis vendus chez Mala India

Les tapis de coton « khadi » sont fabriqués dans les petits villages ; ils sont fait entièrement de coton khadi. Leurs teintures toujours naturelles sont à base de fruits, de fleurs, de racines : aubergine, curcuma, roses, piments, etc. Ils sont soit de teinte unie, soit formés de motifs géométriques. Pour permettre aux petits artisans d’écouler leur production, ils sont récoltés dans les villages et distribués en ville dans des « khadi emporiums ».

Les tapis de soie du Cachemire sont les plus chers du marché indien. Achetés en direct dans un groupe de villages au nord de Srinagar, les tapis de soie sont entièrement faits à la main. Ils sont de plus en plus difficiles à trouver et leur valeur n’arrête pas d’augmenter.

La technique de fabrication est persane. Les motifs très variés se classent en 4 groupes principaux : « Sana » : un seul motif répété identiquement sur toute la partie centrale « Kashan » : un motif central, souvent en forme de rosace ou de croix, le dessin s’étendant jusqu’aux 4 coins intérieurs très décorés « Hamdan » : série de petits tableaux rectangulaires orientés dans un sens « Guldan » : motifs floraux sur toute la partie intérieure, avec ou sans motif central.

Chaque type de tapis est codifié par une série de formules dans un manuscrit. Seul le Maître artisan peut lire les manuscrits en ancien persan. Il inscrit chaque jour sur une longue bandelette de papier la séquence de travail à exécuter par l’ouvrier : le mixage des couleurs, le nombre de fils, etc. Il contrôle régulièrement le travail et s’assure qu’il n’y ait pas d’erreur avant de poursuivre le travail.

Les ouvriers sont assis sur le sol devant le métier à tisser placé verticalement. Leur nombre varie en fonction de la largeur du tapis. Par exemple, il faut 3 hommes pour une largeur de 1.85 mètre, 4 hommes pour 2,45 mètres, etc. Le climat du Cachemire ne permettant ce type de tissage que pendant 9 mois par an, il faut compter qu’un artisan effectue en moyenne 2 mètres carrés de tapis sur une année. Un tapis de 1.85 mètre x 2,80 mètres nécessitera donc le travail de 3 ouvriers pendant un an. Les plus grands tapis exposés au magasin représentent chacun 4 années de travail pour 6 artisans…

Tissus indiens (Mala india)Le travail est minutieux. Le nombre de nœuds est d’environ 700 par pouce carré, c’est-à-dire une surface de 2,5 cm x 2,5 cm. Les ouvriers ne verront le résultat final que lorsque le tapis sera entièrement terminé et que les longs fils de soie entremêlés auront été coupés et longuement rectifiés aux ciseaux. Les secrets de fabrication sont bien gardés et se transmettent de père en fils. La technique est tellement complexe qu’elle exclut toute main d’œuvre enfantine.

Solidité et entretien : malgré leur aspect délicat, les tapis de soie sont parmi les plus solides et les plus durables. Ils ne demandent pas d’entretien particulier, si ce n’est un coup de chiffon humide et un peu de savon naturel en cas de taches. Il est bon de les brosser à contre sens pour conserver à la soie son aspect lumineux et changeant selon l’éclairage et l’angle d’où on la regarde.

Consultez aussi nos accessoires de méditation

Consultez une partie de nos produits...



 

  • Voir le diaporama....

    Vous pouvez aussi découvrir les autres départements au travers de notre visite virtuelle