Content-type: text/html Mala India | Projet humanitaire pour l'enfance en Inde et en Belgique | LES EXAMENS
Accueil /

Dans le système scolaire indien il n'y a pas de redoublement avant le 8ème standard.

En cas d'échec en 8ème std l'école est libre de faire redoubler l'élève ou non.

Par contre l'examen du 10ème std est capital. Les questions sont fournies aux écoles (publiques et privées) sous enveloppes scellées, lesquelles sont ouvertes devant les élèves au moment de l'examen.

A noter que les écoles reçoivent chaque année les questions officielles pour tous les standards, mais elles sont libres de les employer ou non. La GS les utilise toujours afin de ne pas avoir de surprise en 10ème std, l'année où elles sont obligatoires.

Sans le diplôme de 10ème std il est impossible de poursuivre les études ou même de commencer une formation technique.

Il y a "échec" lorsque le résultat pour une des 5 matières principales est inférieur à 35 %. Ces 5 matières sont le Tamil, l'Anglais, les Maths, les Sciences et celui de "Social" qui regroupe Géographie, Histoire, Environnement, Société, etc.

Si les résultats en 10ème std sont supérieurs à 35 % dans les 5 matières l'élève est admis en 11ème std appelé aussi +1 ("plus one").

Similairement il n'y a pas de redoublement en 11ème mais bien pour passer le cap du +2, c'est à dire le 12ème et dernier standard.

En +1 les élèves peuvent choisir parmi différentes options suivant les points qu'ils ont obtenus en 10ème std. (Sciences, Littérature, langues, Commerce, Informatique, etc.) à condition que ces options soient organisées par l'école.

Les catégories suivant les points obtenus ont des appellations variables comme A1 et A2, B1 et B2, C et D. Après le 12ème std seuls les élèves de catégorie A1 (+ de 85%) peuvent entreprendre les études considérées comme les plus difficiles : médecine, droit, etc.

Résultats scolaires et parrainage : réflexion.

Malgré l'exceptionnelle motivation des professeurs et des élèves et l'infrastructure de qualité, la Gandhiji School reste une "école de village". Ni nos enseignants ni nos élèves ne viennent de familles aisées, nous avons des points faibles en Anglais et en Maths, nos aînés "Wings" ont de grosses difficultés une fois mêlés à des jeunes plus favorisés qu'eux dans les classes supérieures...

Il faut accepter nos limites. Et se rappeler l'objectif premier de la Gandhiji School : donner la chance d'une bonne instruction à des enfants pauvres dont l'alternative serait l'école-garderie publique puis rapidement le travail pour les garçons et le mariage pour les filles. Les élèves passent chez nous toutes leurs années d'enfance, ils s'épanouissent dans une atmosphère heureuse, ils obtiennent le certificat-clef de 10ème standard, on leur donne même la possibilité de décrocher le diplôme de 12ème dans une autre école…Difficile de faire plus.

Alors il faut regarder leurs "points" avec bienveillance. Se souvenir que la plupart d'entre eux ne reçoivent aucune aide de leur famille, arrivent difficilement à étudier chez eux, doivent se prendre en charge eux-mêmes. Tout autant que les points il faut considérer leurs conditions de vie.

Heureusement la très vaste majorité des parrains et marraines pensent comme nous et ne mettent pas la réussite scolaire comme condition au parrainage. Ceux qui ont la chance d'être tombés sur un "numéro gagnant" comme ceux qui ont hérité du bon dernier….